Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 23:37

Chroniques du conseil municipal : A chacun ses priorités.


Mercredi 30 avril 2014, 21 heures, salle du conseil, mairie de Coignières. Nous attendons monsieur le maire.  Comme chaque fois, monsieur Pailleux est en retard et comme chaque fois, monsieur Pailleux ne présentera aucune excuse pour son retard. D’ailleurs, il ne prendra même pas la peine de dire bonsoir à l’assemblée des élus ni aux quelques administrés venus assister à ce conseil municipal et qui attendent son arrivée. Respect et politesse ne sont pour lui ni des priorités ni des valeurs.

 

21:10 à l’ordre du jour : présentation du budget 2014 - Coignières Démocratie (CD) 11 présents sur 21, Coignières pour Tous (CPT) 6 présents, le maximum. Didier Fischer  s’en amuse et lance tranquillement « bientôt nous serons majoritaires ! »

Un nouveau conseiller CD arrive. Débute alors une longue, très longue soirée pendant laquelle monsieur Pailleux nous renvoie plusieurs fois au siècle dernier, dans les années 1980, même plus loin, lorsqu’il était au pensionnat. Une vraie "soirée diapos".

 

22:20 où en étions-nous ? Ah oui, 1986, les compensations de l’état, Chirac, Sarkozy, Hollande, les mairies ruinées… Caliméro et Kleenex sont au programme.

 

22:22 deux nouveaux  conseillers CD arrivent. Tant pis pour eux, nous n’en sommes qu’à la diapo 20 sur les 40 de la présentation.

 

22:46 tout le monde a décroché, entracte ! Diapo 26 sur 40, Monsieur le maire nous parle de sa facture d’EDF. Malheur , plus de Kleenex !

 

23:00 ça s’accélère, ça y est, la présentation du budget touche à sa fin. Le débat va pouvoir commencer.

Questions, remarques sur le choix des priorités, réponses et non-réponses entre monsieur le Maire et les représentants de son opposition, Didier Fischer et Alain Oger.

 

00:00 le Conseil s’étire, chacun s’apprête à regagner ses pénates.

L’ordre du jour est épuisé, nous aussi. Il ne reste que l’incontournable point des "Questions diverses".

 

00:10 tout dérape, nous manquons de perdre notre maire dans un excès de fureur. Thiéry Chabas, sans avoir l’air d’y toucher, a abordé le délicat sujet de la nouvelle maison médicale en citant un article paru le jour même dans Toutes les Nouvelles. Il demande, très à propos, pourquoi il n’est pas prévu de recettes au budget pour les baux des locations que la commune devrait percevoir des futurs praticiens de ce centre médical.  

Du haut de son estrade, monsieur Pailleux bout, du verbe bouillir. Il se colle à son micro et commence un violent réquisitoire contre les médecins de Coignières qui, selon son expression, veulent le beurre et l’argent du beurre, affirmant qu’il leur a fait une proposition de loyer qu’il était impossible de refuser, rageant qu’ils osent nous dévoiler la teneur de l’offre. Un vrai dérapage qui fait jaillir au grand jour toute la nature autoritaire de l’individu et qui nous laisse inoccupée une maison médicale à 1,8 million d’euros.

 

01:00 allez, on ferme. Nous sommes déjà le 1er mai, c’est la fête du travail  et tant pis pour ceux qui n’en ont pas. D’ailleurs, pas de budget supplémentaire pour ça, ce n’est pas non plus une priorité pour le maire ni son équipe.


Published by Coignières Pour Tous - dans Chroniques du conseil municipal
commenter cet article
29 mars 2014 6 29 /03 /mars /2014 12:00

Cette allocution a été faite à l'occasion de l'installation du nouveau conseil municipal, réuni le 29 mars 2014 en la Maison de Voisinage.

 

Mesdames, Messieurs,

 

Cher(e)s Collègues,

 

Je tiens à remercier les 624 Coigniériennes et Coigniériens qui nous ont apporté leur voix dimanche dernier.

 

Avec 43,5% des suffrages exprimés, notre liste progresse de plus de cinq points par rapport à l’élection de mars 2008. En la personne de Catherine Bedouelle, notre groupe s’enrichit ainsi d’une conseillère municipale supplémentaire.

 

Dans une situation politique marquée par un recul partout en France - et tout particulièrement dans les Yvelines - des listes de gauche, nous réalisons à Coignières un bon résultat.

 

Cette progression nous la devons à une excellente campagne électorale : forte présence en ville, rencontres avec de nombreux habitants et, surtout, identification de thématiques qui parlent aux Coigniériennes et aux Coigniériens : La lutte contre le chômage, le développement des transports en commun, la réunion de notre ville et la défense du commerce de proximité, la démocratie participative, la transition écologique, les questions de sécurité et de tranquillité publiques.

 

Autant de points où nous faisons des propositions concrètes.

 

Nous regrettons que ces dernières n’aient pas réussi à convaincre une majorité des électrices et des électeurs.

 

Pour autant, nous continuerons de défendre une vision solidaire et équilibrée de notre commune fondée sur le renforcement de la cohésion sociale et territoriale.

 

Les votes de notre groupe au sein du Conseil municipal respecteront nos engagements de campagne. Il s’agit pour nous, comme nous l’écrivions dans un dernier courrier, d’un véritable contrat moral.

 

La démocratie, c’est aussi savoir reconnaître sa défaite et féliciter l’adversaire pour sa victoire. C’est ce que nous faisons, et nous le faisons d’autant plus volontiers que jamais dans cette campagne nous n’avons attaqué les personnes.

 

Il me reste à conclure mon propos en donnant rendez-vous aux Coigniériennes et Coigniériens tout au long de ce mandat, et bien évidemment en 2020.

 

Je vous remercie.

 

Didier Fischer

 

01DidierFischer02MadeleineAndreani03ThieryChabas04PatriciaMontoutBellonie05AlainOger06CatherineBedouelle
 Didier
FISCHER
 Madeleine
ANDREANI
 Thiéry
CHABAS
 Patricia
MONTOUT-
BELLONIE
 Alain
OGER
 Catherine
BEDOUELLE

 

20 décembre 2013 5 20 /12 /décembre /2013 19:34

SDRIF

A l'occasion du conseil municipal du 13 décembre 2013, le maire a fait voter par sa majorité une délibération dans le but de contester "dans toutes ses dispositions" le Schéma Directeur de la Région Ile–de-France (SDRIF) et déposer un recours contentieux contre ce document.

 

Notre groupe a refusé de participer au vote et la délibération a été adoptée à l'unanimité des 21 votants de la majorité municipale.

 

Pour en savoir plus sur nos motivations, nous vous invitons à consulter ici le texte téléchargeable de l'intervention de Didier Fischer à la tête de notre groupe des 5 élus de Coignières Pour Tous

Published by Coignières Pour Tous - dans Articles Chroniques du conseil municipal
commenter cet article
19 avril 2013 5 19 /04 /avril /2013 18:00

Vous trouverez ci-après le texte intégral de l'intervention de notre groupe
lors du conseil municipal du 11 avril portant sur le budget 2013

En fin de texte, les réponses de la majorité et nos commentaires

 

Monsieur le Maire, Mes chers collègues,


Ce budget est le dernier de la mandature, puisque fidèle à votre habitude le prochain ne sera voté qu’en avril 2014.

Vous laisserez ainsi à vos éventuels successeurs le soin de présenter leurs propres choix budgétaires qui, pour l’essentiel, découleront des engagements de la campagne électorale.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, je souhaite remercier les services de la mairie de Coignières pour la qualité de leurs documents. Cela facilite le travail des élus, et plus particulièrement, celui de ceux qui appartiennent à l’opposition.

Un certain nombre de points dans cet exercice budgétaire ont retenu notre attention.

 

  1.  Ce qui domine dans le budget que vous nous présentez aujourd’hui, c’est la baisse de 10% des taux d’imposition.
    Vous faites ainsi le choix de redistribuer aux Coigniériens les excédents au lieu de désendetter la commune.


    A quelques mois de l’échéance électorale, nous ne sommes évidemment pas dupes de la manœuvre politique.


    Mais, au risque de vous surprendre, nous vous approuvons.


    La situation est difficile pour une grande partie de la population. Nombre de nos concitoyens connaissent les affres des fins de mois difficiles. Les dossiers de surendettements se multiplient. Plus de 11% de la population active de notre commune est au chômage, soit un pourcentage supérieur de plus d’un point et demi à la moyenne nationale et de 4 points à celle du département. Ce geste peut donc soulager certains d’entre nous.


    Il ne faut pas néanmoins en exagérer la portée dans la mesure où l’impact réel sur le porte-monnaie de nos concitoyens restera faible. L’avez-vous estimée ? Si l’on prend la baisse totale de la taxe d’habitation soit 69 741 €, cela représente en moyenne une quinzaine d’euros en moins par habitant, et par foyer fiscal assujetti à la Taxe d’habitation, moins d’une quarantaine d’euros sur l’année. Pour le foncier bâti, mais tout le monde n’est pas propriétaire, la baisse représente près de 38 € par habitant et autour de 100 € par foyer fiscal payant cette taxe foncière. Il est d’ailleurs probable, qu’au final, ceux qui profiteront le plus de cette mesure seront les entreprises de Coignières (baisse de la CFE de 215.000€).


    Mais après tout, leur activité fait la richesse de notre commune et permet de maintenir depuis plusieurs décennies une imposition relativement basse pour les Coigniériens.


    C’est bien parce que nous approuvons cette baisse que nous sommes surpris qu’elle intervienne si tard.


    En fait, vous avez augmenté les impôts de 5% en début de mandature pour rien.
    Si vous êtes aujourd’hui en mesure de les baisser de 10% en 2013, cela veut dire que pendant 4 ans les Coigniériens ont tout simplement trop payé. Vous auriez pu, sans risque pour la commune, tout en finançant la totalité de votre programme d’investissement et en dégageant encore à chaque compte administratif des excédents, vous dispenser de percevoir près de 200 000 € par an.


    "Gérer au doigt mouillé" trouve ici ses limites
    . Votre méthode n’est pas la conception que nous nous faisons de la bonne gestion. L’étude des différents comptes administratifs depuis 2008 est, à ce sujet, édifiante. Nous vous le disons lors de chaque discussion budgétaire. Vous nous répondez, tout aussi invariablement, qu’on ne comprend rien à votre gestion prudente. Mais entre gérer en « bon père de famille » et faire payer trop aux Coigniériens, il y a une marge.

  2. Nous voudrions maintenant insister, au-delà de la baisse des taux d’imposition, sur ce que ne dit pas ce budget.
    Nous formulerons ici cinq remarques ou questions.
  • Nous constatons qu’aucune mesure sur le commerce de proximité ne figure dans ce document, alors qu’il s’agit-là d’un sujet qui pose problème compte tenu de l’état particulièrement précaire de notre petit centre commercial du village. Des menaces de fermeture continuent de peser sur la boulangerie et l’épicerie. La disparition du Shamrock, un des derniers lieux de convivialité au centre de Coignières, remplacé par un magasin de fenêtres - comme s’il n’y en avait pas assez dans les différentes zones d’activités – ne fait qu’ajouter à ce triste constat.
     
  •  Vous avez lancé la construction de la maison médicale et la relocalisation de la PMI sans un accord avec les médecins du centre Ambroise Paré sur le prix de leur loyer. Cela ne vous permet donc pas aujourd’hui d’afficher des recettes claires dans ce domaine. Il est vrai que le retard pris laisse difficilement penser que vous puissiez faire rentrer les premiers loyers avant la fin de l’année.  Qu’envisagez-vous en cas de désaccord persistant ? Depuis le temps que vous dites négocier avec eux, il est étonnant que vous n’ayez pas encore trouvé une solution ! Ils seraient si durs que cela en affaire ou est-ce vous qui avez mal évalué votre projet ?
     
     
  • Votre « vraie-fausse fontaine » qui n’apparaît nulle part, mais dont tout le monde parle, et à laquelle, si nous en croyons le débat que nous avons eu en commission des finances, vous continuez à tenir, quitte à passer par une procédure illégale pour la réaliser, est à notre sens une très mauvaise idée. Nous l’avons écrit et nous maintenons notre propos, même si vous faites mine d’en rabattre un peu sur son financement.
     
  •  Il nous semble que cette année encore les frais de réception, contrairement aux impôts, ne soient pas orientés à la baisse. Leur répartition dans plusieurs comptes rend leur repérage particulièrement difficile. Nous avions demandé l’année dernière à pouvoir consulter les factures. Nous attendons toujours que vous donniez suite à cette demande qui avait été pourtant dûment enregistrée.

  •  Pour finir, nous constatons que les quatre emprunts contractés l’ont été à des taux relativement élevés (une moyenne supérieure à 4% d’intérêts), alors qu’aujourd’hui nous pouvons avoir des taux inférieurs à 3%.Vous auriez pu renégocier ces emprunts tout en baissant les taux d’imposition. Vous avez peut-être de bonnes raisons de ne pas l’avoir fait. Nous voudrions vous entendre sur le sujet.

Vous comprendrez que pour toutes ces raisons nous ne pourrons pas voter votre budget, mais pour ne pas vous donner d’arguments politiques du type "vous voyez bien que Coignières Pour Tous est hostile à la baisse des impôts et si, par malheur, ils avaient à gérer cette commune, cela serait dans ce domaine l’inflation", nous nous abstiendrons en soulignant que cette baisse des impôts que nous approuvons arrive bien tard et révèle que les Coigniériens ont pendant cette mandature trop payé en raison d’une mauvaise évaluation de votre part des dépenses et des recettes. Il est vrai que le projet de la nouvelle mairie a largement contribué à cette incertitude budgétaire.

 


Les réponses de Monsieur le Maire à notre intervention assorties de nos commentaires
  1.  Il s’est défendu d’avoir mal évalué les dépenses et les recettes. Il ne se souvenait pas d’avoir augmenté les impôts de 5% en début de mandature ! Il ne conteste pas le "trop payé" des Coigniériens, mais il le met sur le compte de sa gestion prudente de la commune.
    Commentaire
    : la gestion prudente a bon dos !
     
  2.  La disparition du commerce de proximité est pour lui inéluctable. Il ne voit pas ce qu’il pourrait faire de plus que d’inciter les Coigniériens à fréquenter le petit centre commercial du Village.
    Commentaire
    : il est urgent de ne rien faire !
     
  3.  Sur la maison médicale, il s’est refusé à nous répondre. Il a expliqué pour se justifier qu’il n’en parlait même pas au bureau municipal (ensemble des adjoints).
    Commentaire
    : On comprend pourquoi la négociation n’aboutit pas !

  4.  La fontaine est un projet auquel il tient, même "s’il ne s’agit pas de celle du Trocadéro" comme il l’a plusieurs fois répété. Elle vise à remplacer le petit canal prévu par l’architecte devant la mairie. Il fait faire une étude dont dépendra sa réalisation et a déjà provisionné au budget 150 000 €.
    Commentaire
    :   Nous pouvons être rassurés, nous n’aurons pas les fontaines du Trocadéro !

  5.  Pour les frais de réception, il s’est contenté de nous affirmer qu’à Coignières "on aimait faire la fête" 
    Commentaire
    : Oui, mais à quel prix ? Mystère !

  6.  Pour les emprunts, il reconnaît qu’aujourd’hui nous pourrions avoir des taux plus bas, mais il ne souhaite pas entrer dans une renégociation qui lui paraît trop compliquée et au profit incertain.
    Commentaire
    : Certes, mais la renégociation des emprunts aurait pu financer la baisse des impôts dont le coût total affiché au budget 2013 est de 459.000 € et nous aurions en plus contribué, au moins en partie, au désendettement de la commune.
    Qui parlait de gestion prudente ?
Published by Coignières Pour Tous - dans Chroniques du conseil municipal
commenter cet article
18 décembre 2012 2 18 /12 /décembre /2012 19:34

MariagePourTous

 

Le dernier conseil municipal de l’année 2012 comportait neuf délibérations. Sur deux d’entre elles, notre groupe a émis un vote différent de celui de la majorité. L’une concernait des virements de crédits pour la nouvelle mairie et le centre de loisirs, l’autre visait à condamner le projet de mariage de personnes de même sexe.

 

 

  1. La délibération sur les virements de crédits pour la nouvelle mairie et le centre de loisirs fait état d’avenants aux marchés de travaux de ces deux opérations qui aboutissent dans le premier cas à un dépassement du prix du marché de 225.000 € et dans le second de 40.000 €.
    En plus, au lieu de présenter deux délibérations séparées, comme cela est le cas habituellement, le maire a lié les deux opérations en une. Il est évident qu’il s’agissait d’une manœuvre visant à nous mettre en difficulté même s’il s’en est défendu lors du débat. Nous aurions évidemment refusé de voter en faveur de la nouvelle mairie, tandis que nous nous serions exprimés favorablement pour le centre de Loisirs dont la rénovation faisait  partie des priorités de notre programme de 2008.
    Après avoir demandé un vote séparé qui nous a été refusé, nous avons fait le choix de ne pas participer au vote. Cette délibération démontre au moins la justesse de notre analyse : la nouvelle mairie va coûter beaucoup plus cher que prévu au budget de notre commune, donc aux Coigniériens.

     
  2. Le maire en présentant cette délibération s’opposant au projet de loi du mariage pour tous a fait le choix de politiser les débats du conseil municipal.
    Les termes de cette délibération, baptisée motion, reprenaient tous les poncifs contre le projet de loi martelés par les opposants avec un passage, que le maire a fini par retirer sous notre pression, qui comparait le mariage pour tous aux « projets totalitaires de construction d’un homme nouveau ». Ce rappel à la période des années trente et quarante était particulièrement ignoble quand on sait que dans ces régimes (fasciste, nazi ou communiste) les homosexuels ont été pourchassés et emprisonnés, voire assassinés.
    Après avoir fait, de notre côté la démonstration que ce projet de loi allait vers plus d’égalité et de sécurité pour les couples de même sexe et les enfants, s’en est suivi un débat où la majorité municipale s’est montrée solidaire du texte avec des arguments du type : « ce projet, c’est l’ouverture à la légalisation de la polygamie » ou, plus cocasse, « les homosexuels divorcent plus que les hétérosexuels ».
    Cela laisse évidemment songeur ! Nous avons voté contre cette délibération.

Dans l’attente de poursuivre nos échanges, nous vous souhaitons de très bonnes fêtes de fin d’année.

Published by Coignières Pour Tous - dans Chroniques du conseil municipal
commenter cet article