Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 avril 2014 3 30 /04 /avril /2014 10:55

En cette veille de fête du travail, le conseil municipal avait à son ordre du jour pas moins de 15 points en plus du vote du budget. Le 1er point a été ajourné pour cause ... d'oubli de document. Voici nos remarques sur 5 des points qui ont été particulièrement débattus.

 

  1. Le prix des places pour les spectacles au théâtre Alphonse Daudet est en augmentation en moyenne d’une cinquantaine de centimes. A noter que nous avons réussi à obtenir le maintien pour les moins de 18 ans d’un tarif réduit (9 € au lieu de 20), alors que dans la délibération qui nous était présentée ce tarif préférentiel ne concernait plus que les moins de 16ans.
     
  2. Lors de la présentation du rapport sur le service public d’élimination des déchets, nous avons une nouvelle fois constaté que nous mélangions les ordures ménagères (OM) et les déchets industriels  banaux (DIB) des entreprises, alors que ces dernières pourraient être assujetties à une redevance spéciale. Aussi, avec un poids de plus de 650 kg de déchets par an et par habitant, Coignières est-elle recordwomen du monde, assez loin devant les Américains. Afin de parfaire le tri sélectif et limiter le poids de nos ordures ménagères, nous avons suggéré l’idée de mener des actions pédagogiques en direction des écoles et des habitants. Nous pourrions y ajouter aussi des opérations de lutte contre le gaspillage alimentaire dans nos restaurants scolaires.
     
  3. L’examen du budget 2014 laisse apparaître une réduction importante (-60%) de la voilure des investissements par rapport à 2013. Elle est, selon nous, à l’image du maigre programme de l’équipe majoritaire qui repose sur un principe réaffirmé par le maire : « Coignières a tout, on peut donc maintenant pratiquement se passer d’investissements ». Ce n’est évidemment pas notre position, même si nous défendons une gestion prudente, compte tenu de la situation économique et des efforts importants qui sont demandés aux collectivités territoriales. Nous avons clairement dit que des besoins existaient, que nous les avions listés lors de notre campagne électorale (lutte contre le chômage, transports, commerce de proximité, politique en direction des jeunes, transition écologique… Le renoncement à la baisse des impôts (promesse que le candidat Pailleux avait avancé au cours de la campagne) n’est même pas utilisé dans ce budget pour dégager des marges de manœuvre ! Il est vrai que le maire nous a avoué ne pas avoir, contrairement à nous, budgété son programme !
    Quelques points ont suscité notre intérêt et notre approbation : la réhabilitation du gymnase et la poursuite de la rénovation de la Résidence des personnes âgées (RPA). En revanche, malgré nos questions, le maire est resté très flou sur le planning de ces opérations.
    Nous nous sommes aussi interrogés sur le financement d’une étude pour le réaménagement de la place de l’Eglise. Veut-il nous refaire le coup de la fontaine à 180 000 € ? Il s’en défend et nous a expliqué sans rire qu’il n’avait pas vu l’inscription de cette dépense !
    Nous avons enfin pointé les dépassements financiers pour la vidéosurveillance : nous remettons au budget encore 24 000 €. Selon le maire, cela serait lié aux difficultés du chantier. En 2013, nous avions relevé lors du vote de la délibération sur la vidéosurveillance l’insuffisance de l’étude et la précipitation dans laquelle cette affaire était menée. La conséquence est indiscutablement une dérive financière, certes limitée pour l’instant, mais rien ne garantit que nous ne soyons pas obligés de remettre prochainement au pot !
    Au final, nous avons voté contre cette proposition de budget dans la mesure où nous ne partageons pas sa philosophie générale et que les choix faits par la majorité sont très éloignés des nôtres. Nous espérons, comme ce fut le cas sous la mandature précédente, que notre opposition (qui reste constructive) amènera la majorité à accélérer certaines réalisations, à revoir parfois l’ordre de ses priorités (le maire nous a clairement dit que la réhabilitation du gymnase n’était pas pour lui une priorité), voire à investir dans des domaines qui n’étaient pas dans son programme.
     
  4. Nous avons voté en faveur des subventions aux associations, à l’exception de celle de l’APDEC (Association pour la Promotion et le Développement Economique de Coignières) d’un montant de 15 000€ pour laquelle nous nous sommes abstenus.
    Les raisons de cette abstention sont : aucun des quatre élus qui siègent au directoire de cette association n’appartient à notre groupe, utilisation en partie de cette subvention pour une soirée festive, très peu d’impact sur le développement économique de Coignières dans la mesure où toutes les opérations de promotion sont en fait financées par le budget municipal. Une association de commerçants n’est pas inutile, encore faut-il qu’elle joue réellement son rôle.
     
  5. A la suite de l’article paru dans Toutes Les Nouvelles du 30/04/14 sur la maison médicale, nous avons demandé au maire lors des « questions diverses » où en était la négociation avec les médecins sur le prix du loyer. Si la situation semble toujours bloquée, il devrait néanmoins les rencontrer prochainement. Il nous a affirmé que sa proposition de 18 € au mètre carré est un cadeau qu’il leur fait s’il se réfère au prix du marché dans le secteur qui, selon lui, est de 30 à 60 €. Nous lui avons fait remarquer qu’il s’alignait là sur des structures privées alors que dans les structures municipales - ce qui est notre cas à Coignières - les loyers ne dépassaient que très rarement les 13 € (Ablis, Auffargis, Septeuil…). Nous sommes toujours très inquiets sur le devenir de la médecine de proximité dans notre commune : le kiné et l’orthophoniste sont partis, un dentiste a renoncé à s’installer et les praticiens qui restent sont en train de se décourager.  Faudra-t-il bientôt aller à Maurepas, Elancourt ou Les Essarts-le-Roi pour trouver une infirmière ou un médecin ?
     

 

Partager cet article

Published by Coignières Pour Tous