Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 21:30

GR11A la suite de notre dernier article (voir notre 4 pages), le régisseur forestier du bois privé des Hautes Bruyères nous a contactés. Il nous a proposé une rencontre pour nous expliquer les principes de sa gestion du bois aux abords de ce sentier.


Lors de notre entretien sur le terrain, il nous a exposé sa version des faits concernant la sente rurale qui traverse la propriété privée dont il assure la gestion, ainsi que les tractations relatives à sa consolidation et sa maintenance avec la municipalité de Coignières : "Les arbres abattus le long du GR représentaient un danger pour les randonneurs ou vététistes en raison de leur grand âge et de l’affaiblissement de leur structure ou simplement compte tenu de leur implantation à l’intérieur du tracé. Le bon sens commandait de sécuriser ce chemin. Cet hiver, la pluviométrie a été  conséquente : nous avons reçu en trois mois quasiment l’équivalent d’une année normale. Pas de chance !"

 

Après l’abattage, l’utilisation de gros engins forestiers pour enlever les souches et les grumes a rendu le GR impraticable à la marche et au vélo. Mais ce n’est pas la seule raison : la maintenance n’a jamais été anticipée ; aucun entretien n’a été réalisé pour le consolider ou éviter qu’il serve de canalisation naturelle à l’écoulement des eaux qui l'érodent.

 

Pourtant, à plusieurs reprises ces dernières années, des propositions ont été faites à l’équipe municipale de Coignières comme créer une plateforme sablonneuse surélevée entourée de fossés nécessaires à l’écoulement des eaux et, dans la partie pentue, créer des drains et un fossé pour éviter l’érosion de la colline. Selon le régisseur, "la mairie n’a pas donné suite à ces propositions car elle souhaitait conserver un caractère campagnard au GR". En l’absence de toute intervention, notre chemin a donc subi une érosion importante et s’est creusé davantage.

 

Aujourd’hui, le régisseur reconnait "... les conséquences aggravantes des dernières intempéries et des travaux forestiers. Je vais remettre en herbe et planter des pommiers et des poiriers dans le prolongement de l’allée des pommiers (entre le portail et le passage canadien). J’ai également matérialisé le bornage du tracé du GR11 par des piquets en bois, en attendant sa réhabilitation". Mais pour assurer une remise en état solide et pérenne, il lui manque l’accord de la mairie de Coignières.

 

Que va décider notre maire ? Le GR traverse un bois privé destiné essentiellement à la chasse aux sangliers. Donc, qu’il soit consolidé ou pas, le propriétaire n’en a cure. Par contre les promeneurs et  les vététistes souhaitent qu’il soit réhabilité et praticable tout au long de l’année et par tous temps. Ce chemin rural fait partie intégrante de l'image de la commune.

 

Est-ce que Coignières n’a pas intérêt à favoriser la réhabilitation de ce GR pour un coût modique, sachant par ailleurs que la municipalité vient d'acquérir pour 12.000 €, auprès du même propriétaire, une parcelle plantée de peupliers entre la RN10 et l’avenue Dassault, qui ne sert à rien en l'état, dont les arbres très âgés présentent de forts risques de chute, et dont il faudra supporter, à terme, le coût de l'abattage et de l'enlèvement ?

 

Crédit photo : Fédération Française de Randonnée Pédestre

Partager cet article

Published by Coignières Pour Tous - dans Articles
commenter cet article

commentaires