Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 novembre 2009 6 14 /11 /novembre /2009 14:29

Les jours de la maison médicale sont comptés. La législation sur l'accessibilité impose, à juste titre, sa mise en conformité à l'horizon 2015. Mais les travaux ont un coût que personne ne semble, aujourd'hui, pouvoir ou vouloir assumer. Pourtant, cette structure constitue actuellement la seule réponse au besoin d'un service public médical de proximité pour de nombreux Coigniériens.

Nous ne pouvons assister sans réagir au départ des professionnels de santé les uns après les autres. Nous pensons que la volonté politique et l’intervention des collectivités territoriales (commune, département, région) sont nécessaires pour soutenir l’activité médicale de proximité et nous comptons bien faire entendre cet avis auprès du conseil municipal.

Notre groupe a souhaité recueillir votre soutien et nous avons décidé de rédiger une pétition que nos sympathisants vous proposent en ce moment. Nous vous la présenterons en vous distribuant notre parution trimestrielle "Coignières Pour Tous vous en dit plus" et en signature publique dans les quartiers. Vous pouvez également la télécharger ici et la faire circuler parmi vos proches avant de nous la remettre.

 

 

Déjà + de 700 signatures recueillies à la date du 5 décembre 2009 !

 

 

Partager cet article

Published by Coignières Pour Tous - dans Articles
commenter cet article

commentaires

DUPONT Gérard 07/12/2009 10:17


Quel avenir pour Coignières, quand nous n'aurons plus de cabinet médical, plus de bureau de poste, un service de bus réduit au strict minimum, des impôts locaux en hausse, résultat de la
disparition de la taxe pro, peut-être plus de gare selon certains échos. Coignières sera réellement redevenu Cotonarias, le village (dortoir) gaulois cher à Monsieur Pailleux, qui pourra ainsi
admirer son chef-d'oeuvre du haut de sa grandiose nouvelle mairie.
On pourra alors, en témoignage de son action et son dévouement sans faille pour Coignières, rebaptiser la rue des Etangs et la transformer en avenue Henri Pailleux... Cela devrait même flatter son
égo :-)


Mireille 23/11/2009 16:05


Sauver la maison médicale, voilà une priorité. Pourquoi la mairie ne rachète-t-elle pas le bâtiment pour le mettre aux normes et ensuite le louer aux médecins comme cela se fait partout en France
où on veut maintenir une médecine de proximité ?


Zorglub 23/11/2009 10:50


Entendu ce samedi à Coignières de la part d'une conseillère municipale : signer la pétition ne sert à rien puisqu'il est impossible de financer l'opération de sauvegarde du cabinet médical !

Evidemment, quand parallèlement on a voté l'endettement de la commune pour les 20 ans à venir, à hauteur de plusieurs millions d'euros, pour financer l'extension des locaux municipaux, il est
facile de prétendre que trouver de l'argent pour un tel sujet est impossible…

Ben voyons ! Un service de santé de proximité ne constitue pas une priorité pour la population, c'est évident. Et il n'est pas question d'engager la commune dans une action visant à assurer la
sauvegarde d'un tel service humain. Pas question non plus, donc, de demander l'aide des conseils général et régional.

C'est ce qu'on appelle un choix politique : la politique d'actions de la ville.
Ah oui, mais non ! J'oubliais : ici à Coignières, la majorité municipale ne fait pas de politique.
Elle œuvre simplement pour le bien de tous. Ça doit être ce qui lui permet, entre autres, de voter sans états d'âme pour faciliter le travail (des autres !) le dimanche sur le territoire communal,
tout en refusant de nous engager dans une action visant à sauvegarder un service médical de proximité.
Le travail le dimanche ?… Ben c'est ce qui permet aussi aux entreprises situées le long de la N10 d'ouvrir… le dimanche ! Donc la commune ne les aide pas seulement en finançant les campagnes
d'affichage, alors ? Ben non : la majorité municipale a aussi une action politique :-)

On fait tous des choix et ensuite il faut se débrouiller avec notre conscience.


Odo 16/11/2009 11:55


Il y a un moment où il faut savoir ce que l'on veut.

Est-il vraiment préférable d'endetter encore la commune pour, au moins, les deux décennies à venir dans le seul but de financer l'extension (pharaonique à l'échelle de Coignières) des bâtiments de
la mairie ?

Ou est-ce qu'il vaut mieux essayer de sauvegarder et de pérenniser un accès aux services de santé de proximité pour les citoyens de notre ville ? Sans même penser à la nécessaire réfection du
gymnase, du théâtre, à la seconde tranche du centre de loisirs ou à la mise en place de services de transport, notamment scolaire…

Le petit village gaulois auquel certains aiment nous comparer se viderait encore plus de sa substance si le cabinet médical devait fermer. Pas grave : il nous restera donc toujours un trône
municipal, du sommet duquel il sera possible de contempler avec satisfaction les remparts et les fossés qui nous entourent, constitués de magasins géants, d'entrepôts et de routes déversant
toujours plus de véhicules.

Car enfin, que ferions-nous d'un service de santé de proximité qui, à en croire la rumeur n'a pas plus le titre de service public que celui rendu par les grandes enseignes de distribution qui nous
entourent ?… Et puis, quoi qu'il en soit, les coigniériens n'auront qu'à utiliser leurs voitures pour aller se faire soigner dans les communes voisines ! De qui se moque t-on ?!

Il faut que la commune se mobilise et sollicite les aides du département et de la région. Il faut sauvegarder les services de santé de proximité à Coignières. Et cela doit passer avant les rêves
grandiloquents et le financement de la promotion publicitaire des entreprises privées qui enclavent notre village.