Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juin 2016 1 27 /06 /juin /2016 17:49

Le maire de Coignières a cru bon répondre à notre bulletin d’information par une lettre à la population en date du vendredi 24 juin 2016. Nous le remercions de donner ainsi une plus grande publicité à notre action au service des Coigniériennes et des Coigniériens. Permettez-nous ici de faire quelques remarques sur sa réponse.

Nous sommes publiquement accusés de « tordre la réalité », de faire preuve « d’une vision approximative et partisane », plus grave encore, « au moment où le terrorisme frappe au cœur des Yvelines », nous aurions « l’inconséquence de [nous] interroger sur la nécessité de ce dispositif de vidéosurveillance sur notre territoire communal ».

Le dispositif de vidéosurveillance

Outre le fait que la récupération politique de l’assassinat de ces deux policiers à Magnanville est indigne de la fonction qu’il occupe, le maire n’a visiblement pas lu notre document. Nulle part nous ne nous interrogeons sur « la nécessité de ce dispositif ». Au contraire, nous l’avons approuvé (et d’ailleurs, il le signale dès le début de sa réponse et le porte à notre crédit !). Nous demandons simplement un bilan de l’installation de la première tranche et un plan de déploiement pour la suivante. Il nous semble normal et de notre responsabilité d’améliorer l’efficacité d’un tel dispositif ! Nous n’avons toujours à ce jour aucune réponse à nos questions.

Demander cela, est-ce « tordre la réalité » ou faire preuve « d’une vision approximative et partisane » ?

Le gymnase du Moulin à Vent

Sur le gymnase du Moulin-à-vent, nous maintenons que la gestion de ce dossier a été pour le moins « approximative ». Nous avions à plusieurs reprises souligné que le provisionnement effectué aux budgets précédents était insuffisant pour la rénovation nécessaire. On nous a, à plusieurs reprises, certifié le contraire. Nous sommes aujourd’hui en droit de nous interroger : soit cette sous-estimation relevait du fait qu’il n’était pas question de faire les travaux nécessaires, soit elle devait permettre de faire accepter la construction d’un nouvel équipement à côté en expliquant qu’au final on serait dans une enveloppe n’excédant pas les 2,5 millions d’€ dont une part serait couverte par la subvention départementale. Aujourd’hui, nous serons donc à plus de 3 millions d’€.

C’est peut-être le prix à payer pour un haut niveau d’équipement, mais il faut que les Coigniériens et les Coigniériennes le sachent. Nous avons dans cette affaire le sentiment d’avoir été roulés dans la farine.

Et c’est nous qui « tordons la réalité » et qui faisons preuve « d’une vision approximative et partisane » ?

Les frais de représentation du maire

Le maire fait mine de ne pas comprendre ce que nous écrivons et essayons de démontrer. Il n’est évidemment pas question de contester les indemnités des élus. Elles sont une juste contrepartie à leur investissement dans leur mandat.

En revanche, ce que nous lui contestons fermement, c’est d’avoir fait voter au conseil municipal un budget de 5000€ au titre des « frais de représentation du maire », alors qu’il n’y était pas tenu. Nous considérons, même si un certain nombre de maires l’ont fait, que les indemnités doivent couvrir ces fameux frais (d’ailleurs assez mal définis par la loi).

Le maire nous dit dans sa réponse qu’ils serviront à faire face à ses « frais de mission et de déplacement ». Là, c’est la surprise : les frais de mission, sauf erreur de notre part, sont déjà inscrits sur une autre ligne budgétaire (section de fonctionnement, 6532) qui concerne tous les élus !

Lors du débat, en conseil municipal, il avait surtout été question de frais de restaurant : invitation de personnalités dans l’intérêt de la commune ! La délibération fait d’ailleurs état de frais de « réception ou manifestation de toute nature qu’il organise ou auxquelles il participe ». Si, à ce jour, seule la somme de 90,50€ a été dépensée, cela confirme bien le caractère hallucinant d’un budget de 5000€. Pour comparaison : le maire de Grasse dans les Alpes-Maritimes, commune de 51000 habitants, s’est fait voter une enveloppe de 5000€, et cela a suscité un tollé. Imaginez pour une petite ville comme Coignières. On pourrait donc au minimum diviser cette somme par 10 !

Est-ce « tordre la réalité » et faire « preuve d’une vision approximative et partisane » que de dire cela ?

Sur la sincérité relative du budget

Le maire fait référence à la procédure légale. Il est toutefois imprécis ou « approximatif » pour reprendre son expression. En effet, le contrôle de légalité depuis la loi de décentralisation de 1982 s’effectue a posteriori. C’est-à-dire après le vote et la mise en œuvre de la délibération. Liberté des collectivités territoriales oblige ! Il est rare, à moins, d’un sérieux problème que les services de la préfecture attaquent devant le tribunal administratif une délibération budgétaire. Certaines remarques peuvent être faites par la préfecture auxquelles la commune peut, ou non, répondre.

Le budget qui nous a été proposé en avril 2016 est dans le droit fil des budgets précédents où à l’époque de l’ancien maire, lorsque nous remarquions ce système de provisionnement (notamment pour l’investissement), la municipalité revendiquait et assumait leur insincérité ! Sans aller jusque-là, nous considérons que la sincérité du budget 2016 est bien relative. Un point, c’est tout !

Est-ce « tordre la réalité » ou faire « preuve d’une vision approximative et partisane» que de dire cela ?

Sur l’arrivée d’une « nouvelle collaboratrice »

Nous ne contestons évidemment pas les qualités professionnelles de cette « nouvelle collaboratrice ». Nous faisons simplement la remarque qu’il était peut-être possible de trouver une solution en interne afin d’éviter l’augmentation de la masse salariale et de limiter au mieux les dépenses de fonctionnement. Le maire a fait un choix contraire, dont acte !

En revanche, nous sommes surpris et choqués qu’il justifie ce choix « en raison d’un manque de confiance envers l’ancien directeur général des services ». Jusqu’à preuve du contraire, c’est lui qui a démissionné ! Mettre ainsi en exergue dans une réponse publique à l’opposition des dissensions avec le personnel municipal et, surtout, s’en servir pour justifier son action, n’est pas faire preuve de la dignité qui sied à sa fonction. Par ailleurs, comment peut-il mettre en cause publiquement, sans aucune raison légitime à notre connaissance, un Coigniérien connu et impliqué dans la vie associative locale ?!

Il semble donc que la dignité et le respect auxquels appelle le premier magistrat de la commune dans sa réponse à notre publication soit à géométrie variable !

Non, le rôle de l’opposition n’est pas seulement de s’opposer, comme l’affirme le maire, mais de proposer. Il en sait d’ailleurs quelque chose puisque lui et son équipe puisent allègrement dans nos propositions. Nous sommes les premiers à souhaiter dans l’intérêt de notre commune un débat constructif et apaisé. Faut-il encore que le maire et son équipe, en dehors des adresses à la population, fassent réellement preuve de cette volonté de dialogue.

Coignières pour Tous.

Partager cet article

Published by coignierespourtous - dans Articles
commenter cet article

commentaires