Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 avril 2015 5 10 /04 /avril /2015 15:56

Dessin de Charb/ Charlie hebdo

Jeudi 9 avril, dès 7h30, des membres de Coignières Pour Tous et ceux de plusieurs associations étaient mobilisés afin de surveiller que l’évacuation des Roms installés dans un camp de fortune à Coignières depuis l’automne dernier, se déroule sans heurts.

Nous vous en avions déjà fait part, notre association Coignières Pour Tous s’était investie depuis plusieurs mois pour trouver une solution à cette situation précaire. Notre action avait permis aux enfants d’être scolarisés dans les écoles de Coignières. Une victoire sur le refus du maire d’appliquer la loi qui rend cette scolarisation obligatoire. Cependant, la loi devant être respectée par tous, l’avis d’expulsion de ces familles, qui occupaient illégalement un terrain privé, avait été logiquement accordé.

La fin de la trêve hivernale annonçait l’échéance et l’évacuation du camp était attendue d’un jour à l’autre. Les familles devaient, dans un processus d’insertion, être relogées temporairement dans les hôtels d’hébergement tout en tenant compte du lieu de scolarisation des enfants.

Presse locale, adjoint au maire et police municipale, fonctionnaires de la préfecture, une vingtaine de policiers, un huissier, deux traducteurs, beaucoup de monde, donc, ce jeudi matin pour cette épreuve qui devait se passer correctement. Sauf que, sans la vigilance des associations, ce relogement se transformait sournoisement en expulsion du territoire !

En effet, les fonctionnaires de la préfecture faisaient signer aux familles un formulaire OQTF qui est une obligation à quitter le territoire sous trente jours. Rien à voir avec ce qui avait été négocié avec les autorités.

Grâce au travail en amont réalisé par les associations (Médecins bénévoles, Secours catholique, LDH, paroisse et Coignières pour Tous), Didier Fischer a réussi à convaincre le sous-préfet et le préfet de stopper cette vicieuse manœuvre qui aurait été dramatique pour l’avenir de ces familles.

Après des pourparlers, le sous-préfet, qui s’était déplacé sur les lieux, a confirmé que les documents OQTF déjà signés ne seraient pas exécutés.

La fin de l’évacuation du camp a pu reprendre dans le calme pour se terminer en fin de matinée. Il convient cependant de rester vigilant car l’intention de la préfecture semble bien, en définitive, être l’expulsion pure et simple de ces familles.

Partager cet article

Published by Coignières Pour Tous - dans Articles
commenter cet article

commentaires